Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'imagination en elle-même est une critique de la convention
  • L'imagination en elle-même est une critique de la convention
  • : Des jeux de rôles, un peu de création, des trucs à regarder ou écouter, des bouts de vie, et de vagues réflexions sur cette dernière
  • Contact
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 21:36

Aaah, ça faisait longtemps que je m’étais pas fait une petite maladie originale. J’irai pas dire que ça me manquait néanmoins.

On a tendance à souvent oublier l’influence de l’esprit sur le corps. Or donc le stress peut par exemple pousser notre corps à se sentir agressé, même s’il n’y a pas de problèmes physiques réels, ce qui déclenche le système immunitaire même s’il n’y a rien à combattre. Si ça vous évoque quelque chose, bienvenu dans mon monde.  

Me voilà donc couvert de taches rouges à désquamage ultrarapide (la peau se barre à peine la tache formée) et chaque jour j’en ai des nouvelles. Pas d’antécédents allergiques, pas de changements de lessive ou de savon, à priori pas d’intoxication alimentaire. Conclusion, ça doit venir de ma tête.

Bon le boulot, c’est pas le pied, because changement de chef en fin d’années et ambiance ultra-politique dans la boite, beaucoup essayant de se placer tandis que ceux qui ont une conscience professionnelle s’arrachent les cheveux  voir qu’on se donne de moins en moins les moyens de bien bosser. Bon moi je fais mon boulot et même plus, mais pour améliorer les choses, faudrait que je les fasse à ma manière (et enlever du travail à des collègues sans récupérer leur salaire, C pas mon style).

Niveau entourage, c’est pas l’orgie non plus, mais bon, ça reste dans le domaine du gérable.

Donc l’origine mentale potentielle de mon mal-être physique (qui somme toute ne fait « que » m’enlaidir, ça fait même pas mal) doit résider ailleurs, et qui me connaît sait que mon centre d’intérêt (et de réflexion) majeur relève de la gente féminine.

Or il s’avère que j’ai jeté l’éponge de ce côté là. Suite à une intimité trop rapide avec une damoiselle, j’ai réalisé qu’une fois encore je ne laissais pas à l’autre une chance de me donner quelque chose. Je venais une fois encore parce que je pouvais apporter klk chose à l’autre, sans vraiment me demander si elle pouvait m’apporter klk chose et si j’allais la laisser faire. Et en fait c’est ce que j’ai fait pendant un an. A défaut de m’éprendre de quelqu’un (de disponible) j’ai tenté les flirts ou les amantes, tentant de combler mes besoins de tendresse ou de sensualité. Mais ayant fréquenté un certains nombre de damoiselles auparavant, il m’arrive de tomber devant des situations que j’ai déjà connues et qui ne m’ont pas enchanté, et ne souhaitant pas les voir se réitérer, mes histoires ne sont que de courtes durées. M’estimant à la base compliqué, j’en viens à me trouver très simple dans mon principe général de fonctionnement : confiance et honnêteté.

Ca paraît tout con, mais comme la plupart des gens ne sont pas capables de :

-s’interroger sur leurs besoins/envies/aspirations
-les accepter
-les exprimer
-se donner les moyens d’y arriver

Et bin ça me laisse pas grand monde face à qui mon attitude, mon mode de fonctionnement, n’est pas pour le moins dérangeant.

Moralité les jeunes femmes qui ont pu susciter mon intérêt ces derniers mois, j’en ai en gros fait le tour, que l’attrait soit physique ou intellectuel (C plus rare, mais je m’accroche davantage, mais au final c’est peut-être plus décevant de voir que l’intelligence peut rarement être appliqué à son propre cas). Et j’ai baissé les bras, j’en ai eu marre d’aller vers les gens et d’essayer de leur bouger le cul pour œuvrer à une amélioration de l’humanité à mon infime échelle. J’ai abandonné la tenue du boddhisatva charmeur, car mon défaut, je le reconnais, est d’avoir du mal à faire passer certains messages sans qu’un rapprochement corporel ne se soit produit (on peut pas être spécialisé en tout, du coup j’ai abandonné les hommes, hihi).

Et donc voilà, je peux pas aller bien dans mon corps si dans ma tête j’ai abandonné les femmes, bouhouhou.

Bon voilà, ça pourrait être plus détaillé, mais c’était histoire d’écrire/ordonner un peu tout ça, pour m’obliger à admette que je ne dois pas délaisser les femmes, même si elles ne veulent pas de moi (enfin si, mais pas en entier, lol).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blackcorn 28/05/2007 21:26

Le corps et l'esprit. Le physique sur le mental. Le psychosomatique. Bref, des répercutions qu'on a tendance à souvent oublier, en mettant la source de nos problèmes sur des points qui, parfois, n'ont strictement rien à voir. J'espère que tu te remettras de ce que tu nommes "putréfactose", par contre, pour ce qui est des femmes, je crains, hélas, que nul d'entre nous ne s'en remette jamais. Comprends qui peut...