Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'imagination en elle-même est une critique de la convention
  • L'imagination en elle-même est une critique de la convention
  • : Des jeux de rôles, un peu de création, des trucs à regarder ou écouter, des bouts de vie, et de vagues réflexions sur cette dernière
  • Contact
12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 23:32
Il est 23h30. Il pleut bien et je suis tremp'mouillé suite à la ballade du soir de Nuki. J'aurais pas la crève, je résisterai pas à l'envie d'aller l'attraper en marchant sous la pluie,  de la musique intense dans mes oreilles.

Les éclairages publics ne fonctionnent que sur la grande avenue, derrière chez moi ce sont les ténèbres. Les voitures sont rares, les lumières dans les maisons aussi. Au loin, au dessus de la gare, le ciel est d'un gris jaunâtre, mélange de lumière articielle, de ciel de pluie et de pollution. Un seul bruit à part celui de moteurs lointains, celui de la pluie qui s'abat partout.

En quelques minutes mon manteau, d'une coupe vieille de plus d'un siècle, est détrempé, ainsi que mon jean, le froid pénètre jusqu'à mes os, et mettra longtemps à se dissiper. Je rentre parce que mon chien n'aime pas l'eau, une des rares caractéristiques de sa race qu'elle daigne bien respecter.

Sinon j'irai m'abimer dans l'obscurité, voir si en marchant loin, il peut n'y avoir que l'obscurité, la pluie et la musique, les 3 amantes dont je ne sais me passer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires