Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'imagination en elle-même est une critique de la convention
  • L'imagination en elle-même est une critique de la convention
  • : Des jeux de rôles, un peu de création, des trucs à regarder ou écouter, des bouts de vie, et de vagues réflexions sur cette dernière
  • Contact
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 19:03
Suite à une discussion avec un petit troll qui renie ses origines et prétends ne pas habiter sous un pont, j'ai détérré un conte scandinave qui est surement source de cette association d'idées entre trolls et ponts. Mais si vous avez d'autres faits ou fictions liant ces deux éléments, je suis preneur.


Il était une fois un petit troll installé sous un pont qui enjambait une rivière.

Etait-ce le troll qui avait fait passer la rivière par là pour que l’eau arrose la forêt et les champs? Non, ce n’était pas lui.

Etait-ce le troll qui avait construit le pont pour aller d’un côté de la rivière à l’autre? Non, ce n’était pas lui non plus.

Pourtant le troll, comme tous les autres trolls qui vivent sous les ponts, pensait que la rivière était sa rivière et que le pont était à lui, et à lui seul.

Il était assis sous le pont et attendait que quelqu’un passe. Il n’eut pas à attendre longtemps.

Un petit chevreau, tout fluet, arriva. Il se disait que de l’autre côté de la rivière l’herbe était bien plus belle, bien plus savoureuse. Il avait sans doute raison.

Mais il ne voulait pas traverser la rivière à la nage; alors il passa sur le pont.

Le troll entendit les pas sautillants du chevreau et sortit de sa cachette.

– Qui va sautillant sur mon pont? s’écria-t-il.

– Ce n’est que moi, répondit le petit chevreau.

– Je vais te manger, dit le troll en montrant ses horribles dents.

– Non, ne fais pas ça, dit le petit chevreau. Ne me mange pas, mange plutôt mon frère, il est bien plus gros et meilleur que moi.

Le troll regarda alors le petit chevreau et prit un air dégoûté; c’est vrai qu’il avait l’air maigrichon et pas vraiment appétissant.

– D’accord, je crois que je vais attendre ton frère, dit le troll.

Et il retourna se cacher sous le pont.

Il était là, à marmonner, lorsqu’il entendit caracoler sur le pont.

– Qui va caracolant sur mon pont? cria le troll en bondissant hors de sa cachette.

– C’est moi, répondit le deuxième chevreau, le frère cadet, parce que c’était effectivement lui et qu’il ne disait jamais de mensonges.

– Ah, c’est toi le chevreau que je vais manger! dit le troll en se léchant les babines.

– Ce serait stupide de faire ça, tu ferais mieux d’attendre un peu, mon grand frère va bientôt arriver et il est bien plus gras et meilleur que moi.

– Et qu’est-ce qui me dit qu’il va vraiment venir? demanda le troll.

Il faut dire que les trolls qui vivent sous les ponts se croient parfois très intelligents.

– Il viendra parce que les chèvres aiment l’herbe, tu le vois bien toi-même, répondit le deuxième chevreau en se dépêchant de traverser le pont.

Alors le troll retourna s’asseoir sous le pont et se mit à attendre le frère aîné. Soudain, un grondement semblable au tonnerre se fit entendre sur le pont.

– Qui va grondant comme le tonnerre sur mon pont? demanda le troll, osant à peine regarder sur le pont.

Là, il reconnut le grand chevreau, bien que celui-ci n’eût pas répondu. En fait, il était si grand que c’était déjà presque un bouc.

– C’est toi que je vais manger, dit le troll en se glissant lentement hors de sa cachette.

– Vraiment? dit le grand chevreau.

Sans ajouter un mot, il enfourcha le troll de ses cornes pointues et l’envoya dans les airs avec une telle force que le troll vola pendant trois jours et trois nuits avant d’aller s’écraser dans un buisson plein d’épines.

Bientôt, la mésaventure du troll qui habitait sous le pont se répandit tout le long de la rivière et de toutes les autres rivières, et tous les trolls qui gardaient les ponts commencèrent à se faire beaucoup de souci.

Ils prirent peur et décidèrent qu’à l’avenir ils laisseraient les chevreaux aller brouter l’herbe là où elle leur semble la plus verte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires