Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'imagination en elle-même est une critique de la convention
  • L'imagination en elle-même est une critique de la convention
  • : Des jeux de rôles, un peu de création, des trucs à regarder ou écouter, des bouts de vie, et de vagues réflexions sur cette dernière
  • Contact
7 juillet 2006 5 07 /07 /juillet /2006 14:06
Une bonne nuit sur une semaine, pas de répit au boulot cause mauvaise ambiance, pas de répit à la maison cause chien avec qui ça se passe mal, se forcer à sortir et à voir du monde pour ne pas finir ermite, pas vraiment envie de dormir, trop de rage en moi, trop d'envie de destruction. Envie de sentir l'adrénaline courrir dans mon corps, d'expulser violemment l'énergie qui coule en moi pour pouvoir m'écrouler paisiblement.

J'essaye de penser à moi, j'essaye de savoir ce qui peut me faire du bien, mes sens sont hypertrophiés et mon corps réclame des sensations physiques, oh pas du cul, mais toucher, être touché, sentir, goûter une chair du bout des lèvres ou du bout des dents. Le moindre heurt est douloureux, la moindre caresse  déclenche bien plus de réactions que ça ne devrait.  Je ne peux m'empécher de frôler une main, une épaule, une taille, mais seulement avec des personnes que j'espère ne pas blesser dans ma démarche, qui ne doit pas tant être une volonté d'assouvissement de mes désirs sensuels, mais plus une recherche d'acceptation, de non rejet, tout en ne sachant pas si moi je suis prêt à accepter quelqu'un.

Mon coeur n'a jamais été si grand, mais si la plus grosse partie de cet espace finit par n'être allouée à personne, est-ce que ça ne va pas tomber en ruines ? Les circonstances ne permettent pas à la responsable des travaux d'aggrandissement de ré-emménager dans les lieux pleinement, même si elle occupe comme quelques autres rares personnes un espace considérable dans ce petit organe.

Alors il y a de la place, mais suis-je assez ouvert pour laisser quelqu'un rentrer, assez tolérant pour accepter de nouveau une personne dans son entier, tolérer voir même aimer ses défauts comme je l'ai fait par le passé (et puis bon, je suis pas non plus ce qu'il y a de plus facile à supporter, il ne faut pas oublier ce détail) ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires